AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 
Nous en sommes au début de la saison 2 ! Merci de mettre à jour vos nouveaux RPs
Les personnages féminins inventés ne sont plus autorisé !

Partagez|

- Liv Sendel -

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageAuteur
MessageSujet: - Liv Sendel - Ven 29 Avr - 16:57


LIV SENDEL

19ans • Norvégienne • Louve
Paisible - Perspicace - Pétillante






“ IT'S JUST MY HISTORY"

A pas de loup, je m’éloigne de ce qui fut ma vie.
Les lueurs de la ville s’effacent dans le blizzard épais qui recouvre mes empreintes. Je n’emporte avec moi que le dégout de mes actes, certaine d’une chose, le temps presse.
Combien de temps avant qu’ils ne s’en aperçoivent, qu’ils ne comprennent que je les ai trahis ?
Leur colère sera telle que, seul la vengeance les apaisera, c’est ainsi que nous sommes, nous, les Loups…
Tant que la vie parcourra mes veines, ils ne seront pas en paix, c’est pour cela que je dois disparaitre, à tout jamais.


~
J’ai connaissance de la malédiction depuis toujours, ma famille, que l’on peut véritablement qualifier de meute (autant par son nombre que par sa hiérarchie) nous a élevé, mes cousins et moi, dans les croyances des temps anciens. Aucun de nous n’a jamais mis les pieds à l’école, la classe était assuré par les femmes dans le but de nous inculquer les valeurs du clan et bien évidement afin d’éviter tout incident malencontreux…
Il ne m’a donc jamais paru étrange d’assister aux longues veillées de célébration des solstices qui depuis tant d’années permettaient à notre meneur de nous dépeindre de vieux mythes Nordiques au sujet de Fenrir, le premier d’entre nous.

~

« Au temps des prophéties, deux des dieux les plus néfastes du monde donnèrent naissance à une créature incontrôlable possédant l’allure d’un loup géant, celui-ci, refusant de se plier aux lois divines, fut retenu captif par la force magique d’une chaine indestructible. Mais quand vint l’heure du combat des derniers jours, Fenrir se libéra et tua le dieu Odin, représentant de l’équilibre entre vie et mort…
Les fils du Dieu voulurent venger leur père mais la bête se retira sur son territoire, Lyngvi, où aucun châtiment physique ne pouvait lui être infligé car le lieu était considéré comme sanctuaire sacré et inviolable sur lequel nul sang ne pouvait être versé, pas même celui des humains qui vivaient là sans craintes, dans l’adoration la plus totale du monstre.
C’est alors que les déesses eurent une idée, elles maudirent la descendance de Fenrir, qui serai sans nul doute non divine, en la soumettant aux cycles lunaires qui détermineraient laquelle des deux facettes elle exposera au monde.
Mais après réflexion et devant le chaos dans lequel leur monde était déjà plongé, elles préférèrent donner le choix à ces potentiels monstres de la nature : ils ne seraient condamnés à la peine de leur ancêtre si, et seulement si, ils commettaient la même faute, ôter la vie… »


~
Ne pouvant pas accéder aux affres de la vie sociale qu’apportait l’école, je passait mes après-midi à vadrouiller dans le froid polaire de la Norvège avec mes compagnons de marche, eux aussi élevé sous le signe des « Loups du Nord ». La nature nous offrait le meilleur terrain de jeu qui soit pour nos esprits des plus imaginatifs ! Cependant, les années passèrent et de nouvelles préocupations firent leur apparition…
Pour mes cousins, la puberté fut signe de responsabilité et d’engagement au sein de la troupe, pour moi ce fut bien différent : mes parents avaient compris très tôt que j’étais de ceux qui devront choisir entre bien et mal, face au poids de la malédiction qui pesait déjà sur leur enfant pourtant si petit, ils déchantèrent et choisirent de me laisser avec la « meute » plutôt que de m’élever dans la crainte qu’un jour je ne devienne un véritable monstre.
Je ne peux pas leur en vouloir, il est vrai que cette perspective ne m’enchante guère plus et puis il faut dire que je ne les ai jamais vraiment connu, toujours très entourée, je n’ai pas ressentit leur absence comme une tare mais plutôt comme un simple fait du destin.

Il m’en a tout de même couté une légère crise d’identité aux portes de l’adolescence, il me fallait de l’air, de l’espace, pour la première fois de ma vie je ressentais un manque profond, une insatisfaction constante qu’il me fallait combler.
La solution m’est apparu un matin lors de ma lecture quotidienne des journaux du pays (en effet j’aimais me tenir au courant de ce qu’il se passait hors de notre cercle de maudits, cela me donnait cette forte impression de normalité) lorsque je vis une offre d’emploi d’aide libraire dans un village voisin, Hessdalen.
Il s’agissait là de travailler le weekend pour un salaire de fortune pourtant cette offre me semblait divine, exactement ce qu’il me fallait pour enfin obtenir l’autonomie que je désirais tant. Il me fallu donc exposer l’idée à notre meneur, Hagen Wallin. Qui, heureusement pour moi, n’y vis que du positif et expliqua aux membres réticents que je ne serai absente que deux journées dans la semaine et qu’en plus il n’y avait pas plus désert que les boutiques à flanc de montagne du village d’Hessdalen… Donc selon lui, je ne risquais rien.

A peine une semaine plus tard, je prenais mes marques au « Trident », boutique de livres anciens et d’antiquités. Le propriétaire, un vieil homme solitaire me plu immédiatement, avec lui nullement besoin de combler les silences. Je m’attelai donc à l’inventaire du débarras dans lequel étaient entreposé d’innombrables piles de livres poussiéreux.
Absorbé par mon ouvrage, je ne vit pas la nuit tomber et la tempête s’abattre sur le village, selon les conseils de mon employeur je passai un coup de téléphone à ma famille, les prévenant que je ne rentrerai que le lendemain, lorsque le temps serai plus clément, évidement ils émirent certaines réticences mais s’accordèrent face à la violences des rafales.
Le vieil homme me proposa une chambre mais j’avouais avoir très envie de continuer l’inventaire de ces livres tous plus abracadabrantesques les uns que les autres après le diner. Face à ma passion soudaine, il accepta, me gratifiant d’un lot de couvertures polaires et d’un thermos de thé brulant. C’est donc rassasié et confortablement installé que j’entamais une nouvelle colonne de manuscrits.

La nuit passa, plus vite que les pages de ces vieux livres sur lesquels je m’étais assoupi. A mon réveil, aux premières lueurs de l’aurore, je sentis une présence, je n’étais plus seul dans le petit débarras…
Prudemment je promenai mon regard autour de moi, la pièce n’étais pas grande mais tout de même assez obscure et ce fut, non sans peine que je distinguai une forme humaine appuyé contre un mur qui me faisait face.
Malheureusement pour moi, cette ombre qui m’examinait de ses yeux d’ambre n’avait rien d’humain…
Je le détaillais lentement, plutôt beau garçon, la vingtaine, des cheveux bruns courts, jusque là rien d’exceptionnel… Mais il avait les yeux d’une couleur ambré des plus inhabituelles qui me donnait l’impression qu’il pouvait percer à jour les moindres secrets de mon âme, ce qui était en soi un véritable problème.
Intriguée, je me redressais et tentais de me redonner une once de contenance
-Qui es-tu ?
Me risquai-je à demander
Il s’approcha et s’abaissa à mon niveau.
-Tu peux m’appeler Pieter, je suis désolé si je t’ai effrayé, mais je ne voulais pas te reveiller, la nuit à due être rude pour toi… J’habite juste au dessus...
Dit-il en désignant une porte derriere lui que je n’avais encore pas remarqué.
J’acquiesçai, lui dévoilant mon nom, tout à coup rassurée, attrapant la main qu’il me tendait pour m’aider à me lever. Un léger frisson me parcourut au contact de sa peau, aussi froide et blanche que la neige. Arrivé à sa hauteur, je ne pu m’empêcher de le dévisager, ses yeux avait un tel pouvoir d’attraction que plus aucune pensée ne parvenait à obstruer ma concentration.
Il prononça alors des mots dont je ne me souviens pas et qui pourtant se gravèrent dans mon esprit comme un pacte qu’il scella de sa voix.
Aussitôt je repris possession de moi-même et lui demanda de m’excuser pour cette attitude des plus impolie, je devais manquer de sommeil et préférait donc rentrer au plus vite.
Sans savoir pourquoi je n’avais plus cette impression étrange de menace émanant de lui, il m’apparaissait tout à coup amical et bienveillant. Encore plus lorsqu’il me proposa de prendre un café dans son appartement avant de prendre la route du retour.
Je répondais positivement à son invitation et le suivait sans aucune hésitation, m’engouffrant dans l’escalier exigüe qui montait chez lui.
L’espace était plus grand que je ne le pensais, mais manquait de clarté, sans doute à cause des longs rideaux apposés aux fenêtres. Je m’asseyais pendant qu’il faisait chauffer de l’eau, examinant du regard chaque recoin de la pièce à la recherche d’indices sur cet étranger.
Lorsqu’il me rejoignit à table avec deux café brulant, il remarqua l’intérêt que je portais à la carte accroché au mur qui me faisait face, ou plus particulièrement à la multitude de point rouge éparpillé sur toute la géographie mondiale.
-Ce sont les endroits que j’ai eu la chance de voir de mes yeux…
La surprise fut telle que je manquai de m’étouffer avec le café que j’étais en train de boire. Moi qui n’avait jamais rien connu de plus que les froides étendu de la Norvège, cette prison de glace qui ne change jamais… Evidement que j’aurais aimé partir, j’y ai même songé de nombreuse fois mais à quoi bon, sans la meute je ne suis rien, même pas une louve solitaire étant donné que ma malédiction est encore inactive, je ne serai qu’un demi être en exil.
Je devais avoir l’air complètement désespéré car il posa sur moi un regard de compassion si réconfortant que je le soupçonnai de lire dans mes pensées.
Il se leva, pris une boite posé sur une étagère, revint près de moi et renversa son contenu sur la table : sous mes yeux se déployèrent une centaine de photographies d’endroits divers et variés que je ne connaissais qu’au travers de mes cours de géographie à la maison.
-Seigneur, je rêve !!!
Face à ma réaction des plus enthousiastes, il prit le temps de me raconter l’histoire de chacun de ces clichés, pris au cours de ses nombreux voyages aux quatre coins du globe.
Et moi, happée par ses récits, je restai là, acquiesçant parfois, riant souvent, il m’offrait un nouveau regard sur le monde, un regard libre, qui m’était jusqu’alors inaccessible.
Cela dura plusieurs heures et c’est à la hâte que je due me résigner à rentrer chez moi bien qu’il m’ait proposé de rester, je lui assurai que la semaine suivante nous reprendrions notre discussion.
Le chemin du retour fut l’occasion pour moi de me remettre des récents événements, j’étais épuisée et pourtant incroyablement enjouée, cette rencontre me paru être un cadeau du destin que je décidé immédiatement de ne pas divulguer.
C’est donc avec le plus grand sens de la normalité qu’il m’était possible d’afficher que je saluais ma famille et prétextais une fatigue terrassante afin d’échapper au compte rendu que je me devais de faire à Hagen, notre meneur, en raison de ma nuit passé à l’extérieur du domaine.
Après une douche et un repas rapidement avalé, je me couchais, des paysages pleins la tête, impatiente de retrouver Pieter et ses récits…

Comme prévu les semaines suivantes furent l’occasion pour nous de partager nos visions du monde, ainsi que nos avis quelqu’en soit le sujet, nous profitions de ces moments d’échanges pour nous dévoiler un peu plus à chaque fois, ce qui étais nouveau pour nous car l’un comme l’autre nous n’avions personne de véritablement proche à qui parler de nos états d’âmes.
Malheureusement cette complicité ne pouvait rester anodine bien longtemps, l’ambigüité des sentiments naissant en moi me faisait perdre la tête en sa présence, je devenais maladroite, mes paroles perdaient toute logique et je ne parvenais plus à effacer son visage de mon esprit, je découvrais l’amour pour la première fois.
Du moins c’est ce que je pensais.
Un soir alors que l’heure était déjà tardive, une de mes cousines, Anna, restait introuvable. Elle avait, plus tôt dans la soirée, exigé que je lui serve d’alibi pendant qu’elle se rendait à un rendez-vous galant près de la rivière.
J’avoue l’avoir toujours envié, elle était belle, rayonnante de blondeur, de douceur, bien que parfois impatiente, souvent capricieuse et pour cause : elle était la plus jeune des filles d’Hagen, donc la prunelle de ses yeux et encore plus du fait qu’elle n’était pas maudite.
J’avais donc accepté mais la nuit étant tombé et la célébration de la pleine lune allant commencer, je me décidais à aller la chercher. Une fois dehors l’attraction de la lune me troubla, je n’avais pas l’habitude de courir dans les bois les soirs de pleine lune mais Dieu que c’était bon ! Malheureusement cette sensation n’allait pas durer longtemps et je n’aurais pu en aucune façon me préparer au spectacle qui m’attendait à la rivière.
Anna était bien là, en compagnie d’un jeune homme que je reconnu immédiatement, Pieter…
Je les avais surpris dans leur étreinte nocturne, Pieter ne laissait transparaître aucune émotion tandis qu’Anna fulminait en ramassant ses affaires éparpillées au sol, visiblement très irritée que je les interrompe.
-Qu’est-ce que tu veux toi ? Je t’avais dis de me couvrir, c’est pourtant simple non ?!
J’éludais sa remarque, me concentrant sur celui qui m’importait.
-Mais, Pieter, qu’est-ce que tu fais avec elle ? Je ne comprends pas …
Il s’approcha, posant sur moi ce regard qui depuis le début me fascinait, cette fois-ci, je restais concentrée, la lune me faisait me sentir forte.
J’attendais sa réponse mais Anna, se mis entre nous deux
-Qu’est-ce que tu crois, il ne t’as jamais prise au sérieux, tu n’es qu’une compagnie de secours
Je n’assimilais pas ses paroles, immobilisé par la stupéfaction…
-Réveilles toi un peu, tu n’es rien, même tes parents n’ont pas voulu de toi, ils ont supplié mon père pour qu’il t’accepte.
Me criant cela au visage elle me poussa violement espérant certainement que je prenne la fuite face à l’humiliation mais j’eus la réaction inverse :
La tristesse et la honte qui m’avait secoué le cœur n’était plus rien à côté de la rage qui grandissait au creux de mon ventre, je sentais comme une ébullition à l’intérieur de mon propre corps, une montée d’adrénaline telle, que je me jetais sur Anna, lui assenant un violent coup de poing au visage.
A présent à terre au dessus d’elle, j’enserrais de mes mains son cou de cygne, pendant qu’elle, hurlait à Pieter de faire quelque chose. Ce dernier s’approcha si vite que j’eu tout juste le temps de tourner la tête et de lui ordonner de reculer. Je ne sais d’où me vint cette pulsion mais ma voix n’avait rien à voir avec celle de quelqu’un d’humain. C’était celle d’un animal…
Et je ne sais ce qui l’effraya à ce point mais il m’obéit, alors que je maintenais l’étau de mes mains sur Anna, dont le visage commençait à s’empourprer. Surprise par le reflet de cette violence qui émanait de moi, j’eu un moment d’inattention dont elle profita pour prendre le dessus et me frappa au visage, afin de l’arrêter je repliais mes genoux et la projetais au plus loin que je le pus, elle glissa alors de la berge et fut emporté par le courant.
Je réalisais ce que je venais de faire, paniqué je voulu me jeter à l’eau pour la récupérer mais Pieter m’en empêcha, m’assurant qu’a une telle température j’étais perdue.

L’incompréhension me gagna, pourquoi voulait-t’il me protéger après ce qu’il s’était passé ? Après tout il m’avait mentit depuis le début, j’avais besoin de réponses.

Ne pouvant tout de même pas abandonner Anna aux eaux Norvégiennes, je m’élançais dans les bois, suivant le courant. Pieter me pris ma suite sans que je n'eu à le demander et malgré le rythme de notre course, il tenta de m'expliquer la situation.
Je l'écoutais d'une oreille distraite plutôt concentré sur la rivière à la recherche d'un corps flottant.

D'après lui, il y avait méprise, il ne fréquentais ma cousine que pour ses beaux yeux, rien avoir avec la réelle et profonde affection qu'il ressentait pour moi, mais il ne pouvait faire autrement que de se méfier au vue de ma véritable nature ...

La surprise me stoppa nette, comment pouvait t'il être au courant, ce secret là, jamais je ne lui en avais parlé, JAMAIS!
Était-ce Anna qui avait jugée acceptable de lui révéler cette malédiction dont elle, ne serait jamais victime ?
Mais alors, sachant cela, pourquoi avait-il continué à me fréquenter, quelque chose clochait dans son histoire mais ma réflexion ne dura pas bien longtemps, sans prévenir il me dépassa, plus rapide qu'un lièvre et disparu.
C'est à cet instant que ça commença.
Mes articulations se firent douloureuses, mes muscles en proies à des spasmes réguliers, je me courbais, sous le poids de la douleur mais continuais d'avancer, je devais retrouver Anna.
Écartant les dernier branchages qui me séparaient de la rivière, je me retrouvais face à Pieter, déposant le corps de ma cousine sur le sol enneigé, sa peau avait bleuis et ses yeux, grands ouverts ne réagirent pas...
La découverte me frappa comme une décharge électrique, je venais de commettre le pire des actes, la malédiction était désormais enclenchée.

D'abord ce fut le vertige, m'écrasant au sol comme si la gravité était inversée, le poids de mon corps me semblait écrasant, ma vue se troublait petit à petit, les couleurs me paraissaient tantôt d'une vivacité insupportable tantôt inexistantes. Je sentais en moi une chose gronder, voulant me détruire pour me reconstruite à son image.
Pieter me tenait fermement la main que je lui ordonner de lâcher et de disparaître, autant pour son bien que pour échapper à ma propre humiliation, je ne voulais pas qu'il voit ce spectacle répugnat. Bientôt la douleur fut si forte que j'oubliait sa présence, il n'y avait plus que mes os, se brisant pour mieux se reconstituer et se briser de nouveau. Ma peau me tirait, me brulait même, je trouvait un réconfort succins lorsque, de mes bras disloqués j'avais attrapé la neige qui m'entourait pour m'en recouvrir, malheureusement elle fondit en quelques secondes à peine.
Ma température devait être incroyablement élevée, ce qui expliquait cette sensation de braise ardente.
Après un temps incertain, le calme revenu, les douleurs s'étaient calmées, recroquevillé sur moi-même, stupéfaite par l'exactitude de mes sens, je ressentais une multitudes de messages olfactifs à la fois et pourtant je parvenais à tous les analyser, consciente de la forêt autour de moi et de la lune qui me surplombait, mon émotion atteignit son paroxysme lorsque, ouvrant les yeux je voulu bouger mes bras, ou devrai-je dire mes pattes ... ?

Je repris connaissance au petit jour, toujours recroquevillée sur moi même, je n'étais plus dans les bois mais chez Pieter qui lui avait disparu, il m'avait laissé de l'argent que je ne pris pas, préfférant emporter avec moi les carnets posés sur la bibliothèque dans lesquels il détaillait sa vie, une sorte de journal intime sur des centaine d'année ...
J'aprennais enfin toute la vérité, m’hypnotiser pour que je ne le craigne pas, ne jamais sortir que lorsque le soleil était couché, rentant aux aurores... Il était vampire, et moi Louve, rien n'aurai jamais été possible entre nous, nos espèces ne pouvaient que se haïr et chercher à se détruire...

Consciente de mes actes, l’apitoiement n'était pas de circonstances, il fallait que je parte au plus loin et le plus vite possible sinon ma mort était assurée.

Je passait cinq mois à sillonner l’Europe, méfiante de tous et de toute puis décidai de m'envoler pour le continent opposé, les état unis, plus précisément vers une ville du nom de Mystic Falls, possédant, d’après les livres d'histoires, un fort degrés de magie.





“ I'M JUST LIKE THAT"

Liv est la représentation même du miroir sans tain, un miroir semi-réfléchissant qui ne restitue qu'une partie de la lumière.
Les informations qu'elle distille de par son attitude, son apparence ou ses paroles ne sont que des demies révélations. Ce n'est pas pour autant qu'elle joue à être quelqu'un, au contraire, elle préférera s'effacer derrière les autres, leur laisser la place de briller pour mieux les appréhender. Jamais confiante de ce qui l'entoure, la fuite est son principal trait de caractère, pas glorieux me direz vous mais sa maîtrise de la chose peut-être considéré comme un véritable don...
Sans doute sa mésaventure avec Pieter l'a conforté dans l'idée que rien n'est jamais certain, que l'on ne peut se fier aux sentiments. Cette anxiété face aux autres est surtout du à sa naïveté profonde et son grand besoin d'aimer ce qui l'entoure, elle vous aimera pour vos qualités mais aussi et surtout pour vos défauts. Ces défauts qui vous rendrons unique à ses yeux et ferons de vous un être à part entière, semblable à aucun autre. Et cet amour qu'elle vous portera lui fera peur, très peur. Sans doute à t'elle des lacune en matière de sociabilité mais sa jeunesse et son sang y sont certainement pour beaucoup.
Elle n'est pas le genre de fille sur qui on se retourne dans la rue, ce n'est pas une question de physique mais plutôt de luminosité...

“ BEHIND THE COMPUTER"





PSEUDO : Leny
AGE : 18ans
AVATAR PRIS : Zooey Deschanel
COMMENT AS TU ATTERI ICI : Par hasard
CE QUE TU PENSES DU FORUM : J'en suis folle !
FICHE : [o] Terminé [] En cours
UN PETIT MOT : WOOF !







Dernière édition par Liv Sendel le Dim 8 Mai - 21:15, édité 15 fois


Invité

Invité





Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: - Liv Sendel - Ven 29 Avr - 17:01

Bienvenue sur le forum ou plutot re bienvenue ^^

Ton avatar n'est pas à la bonne taille, il faut mettre l'url dans "lier l'avatar à partir d'un autre site" =)


Invité

Invité





Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: - Liv Sendel - Ven 29 Avr - 17:10

Merci à toi !

Je crois que l'avatar est mieux maintenant...


Invité

Invité





Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: - Liv Sendel - Ven 29 Avr - 17:21

Bienvenus parmi nous amuse toi bien !


Invité

Invité





Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: - Liv Sendel - Ven 29 Avr - 17:24

Welcome Liv !
(Zooey <3)


Invité

Invité





Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: - Liv Sendel - Ven 29 Avr - 20:13

Bienvenue à toi =)


Invité

Invité





Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: - Liv Sendel - Ven 29 Avr - 20:24

Merci à tous, c'est chou 06


Invité

Invité





Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: - Liv Sendel - Ven 29 Avr - 20:39

Bienvenue! Smile


Invité

Invité





Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: - Liv Sendel - Ven 29 Avr - 21:28

Bienvenue Very Happy
Hâte de voir la suite de ta fiche Smile


Invité

Invité





Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: - Liv Sendel - Mar 3 Mai - 23:31

    Bienvenue parmi nous Very Happy
    Tout comme Bonnie, hâte de voir la fin de ta fiche (a).
    Je pense qu'il nous faudra un lien. Si tu es d'accord bien sur (:


Invité

Invité





Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: - Liv Sendel - Mer 4 Mai - 11:46

Bienvenue sur le forum Very Happy
Et bonne chance pour la fin de ta fiche 05


Invité

Invité





Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: - Liv Sendel - Jeu 5 Mai - 0:37

Merci à tous pour vos encouragements, ça motive ! 21

Il me semble que je me rapproche de la limite de temps donné pour terminer ma fiche alors je dois "bâcler" un peu le travail mais j'espère que ça ira...

J'ai hâte de RP avec vous ! <3

@Zéphyr: Oh OUI !!!! Avec PLAISIR ! 8D


Invité

Invité





Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: - Liv Sendel - Jeu 5 Mai - 13:40

Bienvenue à toi !


Invité

Invité





Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: - Liv Sendel - Jeu 5 Mai - 13:56

bienvenue a toi Smile classe ta fiche *.*


Invité

Invité





Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: - Liv Sendel - Jeu 5 Mai - 20:43

Bienvenue! ^^


Invité

Invité





Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: - Liv Sendel - Ven 6 Mai - 14:45

Merci à vous =)

FICHE TERMINÉE !


Invité

Invité





Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: - Liv Sendel - Dim 8 Mai - 18:13

Je viens de voir que tu avais terminé, désolé pour l'attente, je te valide, j'ai dévoré ton histoire !


avatar
    Sweety fondatrice.
    All I need is U ♥




▌MESSAGES : 2809
▌A MYSTIC DEPUIS : 10/11/2009
▌AGE DU PERSO : 18 ans
▌SITUATION : En couple


▌EMPLOI/ETUDE : Etudiante 2ème année


Feuille de personnage
♥ I'M NOT ALONE :
♥ MY SECRET :

Voir le profil de l'utilisateur http://www.vampirediariesrpg.com
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: - Liv Sendel - Mar 10 Mai - 14:56

Merci Elena !
Pas de soucis pour le délai, j'ai pas mal de boulot ces temps-ci...
En tout cas je suis très contente de faire partie du fofo <3


Invité

Invité





Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: - Liv Sendel -



Contenu sponsorisé







Revenir en haut Aller en bas

- Liv Sendel -

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Just Breathe :: Good Bye my lover... :: Administration :: Fiches de présentation des membres-